L'ACTUALITÉ
DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

20 Octobre 2015

Psychologie et climat

Il y a des signes souvent lointains par rapport aux lieux de vie des populations du changement climatique, comme la fonte des glaciers, des calottes polaires, l'élévation encore très faible du niveau des mers, le réchauffement des eaux de surface des océans. L'idée reçue est que nous ne nous sentons pas concernés par ce qui arrive loin de nous et a fortiori à ce qui se produira dans le futur.

C'est sans doute pourquoi s'est développée l'idée suivant laquelle ce serait en montrant aux citoyens des catastrophes locales pour expliquer qu'il s'en produirait plus souvent et plus graves si le changement climatique se poursuit, qu'on pourrait les faire se sentir plus concernés et agir pour le climat (en changeant des habitudes, mais aussi en votant ou en s'exprimant).

Dans le numéro 6 d'EnR & DD Magazine qui sera en kiosques dès jeudi, il y a un article intitulé « Psychologie du climat ». Il rend compte d'une étude montrant que tenter de motiver les citoyens pour le climat en leur montrant les dommages causés par des phénomènes extrêmes près de chez eux comme exemple de ce qui adviendrait si rien ne changeait (feux de forêts, inondations, etc.) ne donne pas de bon résultat. Cette démarche peut même être contreproductive, en particulier si on attribue à tort tel phénomène météorologique local extrême au changement climatique.

Une autre étude a été publiée sur le même sujet et rend compte d'une enquête réalisée dans le Vermont sur trois groupes de personnes. Un groupe a reçu des informations sur les impacts locaux du climat et un deuxième les impacts ailleurs dans le monde. Un troisième groupe n'a reçu aucune information. Par ailleurs, dans chaque groupe ont été distinguées les personnes qui avaient des valeurs plutôt solidaires et celles qui avaient des valeurs plutôt individualistes.

La question posée après avoir fourni à chaque groupe son information portait sur leur volonté de s'engager dans des actions en faveur du climat (par exemple favoriser les transports publics) et de défendre des politiques en faveur du climat.

Sans surprise, les personnes aux valeurs solidaires étaient plus enclines à manifester de telles volontés, de façon peu dépendante du type d'information reçue. En revanche, les personnes plus individualistes qui avaient reçu des informations sur les dommages locaux (inondations, etc.) se sont montrées démotivées vis-à-vis du changement climatique, alors que les personnes solidaires ayant reçu les mêmes informations ont été motivées. Ce phénomène était attribué dans l'étude publiée dans le magazine à la réaction de rejet voire de négation par rapport à une menace trop massive.

Les conclusions des deux études vont dans le même sens et sont complémentaires. En effet, l'étude dans le Vermont montre que les personnes vers lesquelles doivent porter les efforts pour les motiver à se préoccuper du climat sont plutôt les individualistes. Et que dans ce cas, mettre l'accent sur le risque de catastrophes locales devient en effet contreproductif. Les auteurs de cette étude pensent que ces personnes seraient éventuellement plus concernées si on leur parlait de leur cas personnel et celui de leurs héritiers. Cependant, fournir une information individualisée sur les effets du changement climatique paraît très difficilement réalisable, même si cela était confirmé par d'autres travaux de recherche.

En conclusion, le mieux est sans doute de rendre compte des projections considérées par les scientifiques comme plus que probables de façon la plus pédagogique possible, en se gardant de tout catastrophisme et de toute attribution au changement climatique des phénomènes météorologiques ponctuels. Le changement climatique se mesure dans la durée et nous avons maintenant assez de recul pour en constater de premiers effets conformes aux prévisions issues des modèles il y a plusieurs années. Finalement, la difficulté réside surtout dans le manque d'éducation scientifique dans les populations et de compréhension de la démarche scientifique en général.

SOURCE : Does Local Climate Information Stimulate Action? - Michelle McCauley and Jonas Schoenefeld – Tyndall Center for Climate Change Research

 

La revue trimestrielle EnR & DD magazine vous informe régulièrement sur tous les thèmes : autoconsommation, autoproduction, biocarburants, biogaz, biomasse, carbone tolérance zéro™, changement climatique, COP21, désinvestissement, éclairage, économie du carbone, efficacité énergétique, électromobilité, émissions de CO₂, ENR, énergie marine, énergie décentralisée, éolien, gaz à effet de serre, géothermie, habitat, hydrogène, hydroélectricité, hydroliennes, impact du réchauffement climatique, LEDS, migration climatique, méthanisation, microalgues, objets connectés, piles à combustible, séquestration de CO₂, smart grids, smart cities, solaire, stockage, subvention, transition énergétique, transports propres, véhicules électriques et hybrides, etc.

Conditions Générales de Vente        Mentions légales        Qui sommes-nous ?        Nous contacter                               accès abonnés        publicité

© ENR & DD Magazine - Tous droits réservés  - Paiements sécurisés CB & Paypal