L'ACTUALITÉ
DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

14 Juillet 2015

La ratification de la seconde phase
du protocole de Kyoto (2013-2020) votée par l’UE et l’Islande !

On l’avait presque oubliée, cette seconde phase avait été décidée pour faire la transition entre la fin de la première phase du Protocole
de Kyoto et un éventuel accord post-2020 (dont il sera question à la COP 21).

Reste encore aux parlements des États membres et à l’Islande à mener à leurs termes leurs propres procédures de ratification. Les documents correspondants devraient être déposés dans les prochains mois aux Nations Unies !

L’engagement pris est de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (essentiellement le CO₂) sur la période 2013-2020 par rapport au niveau des émissions de 1990.

Cet engagement a peu de sens alors qu’en mai 2015 la concentration en CO₂ dans l’atmosphère a dépassé 400 ppm, 100 ppm de plus que l’objectif de la limiter à 350 ppm du temps du Protocole de Kyoto.

Cet engagement fait partie des « politiques déjà décidées », dont la simple mise en œuvre, selon un scénario de l’Agence internationale de l’énergie conduit à une concentration de 700 ppm de gaz à effet de serre à la fin du siècle, avec des conséquences catastrophiques sur le climat.

L’indicateur pertinent pour modérer le changement climatique n’est pas la diminution des émissions de CO₂. Celle-ci n’est qu’un des moyens, qui plus est difficile à mesurer, de diminuer l’augmentation de la concentration en CO₂ dans l’atmosphère puis de la stabiliser de façon urgente. La concentration en CO₂ dans l’atmosphère est un indicateur pertinent, simple et aujourd’hui bien mesuré. C’est elle qui détermine en grande partie l’augmentation anthropique de la température moyenne à la surface du globe à la fin du siècle.

On estime aujourd’hui à 10 % la probabilité que son augmentation soit supérieure à 6 °C et à 66 % la probabilité qu’elle soit supérieure à 3,5 °C par rapport à la température du début du 20ᵉ siècle.

Il y a comme un décalage avec le sujet affiché de la conférence Paris Climat 2015/COP 21 d’un accord international pour limiter l’augmentation de la température à 2 °C, en prenant encore quelques années pour le faire aboutir. Ces bases de négociation ne paraissent plus être à la hauteur de l’enjeu climat et il est temps d’examiner d’autres voies possibles.

 

Lire à ce sujet notre dossier dans le numéro 5 en cours d’ENR & DD Magazine.

M.L.

 

La revue trimestrielle EnR & DD magazine vous informe régulièrement sur tous les thèmes : autoconsommation, autoproduction, biocarburants, biogaz, biomasse, carbone tolérance zéro™, changement climatique, COP21, désinvestissement, éclairage, économie du carbone, efficacité énergétique, électromobilité, émissions de CO₂, ENR, énergie marine, énergie décentralisée, éolien, gaz à effet de serre, géothermie, habitat, hydrogène, hydroélectricité, hydroliennes, impact du réchauffement climatique, LEDS, migration climatique, méthanisation, microalgues, objets connectés, piles à combustible, séquestration de CO₂, smart grids, smart cities, solaire, stockage, subvention, transition énergétique, transports propres, véhicules électriques et hybrides, etc.

Conditions Générales de Vente        Mentions légales        Qui sommes-nous ?        Nous contacter                               accès abonnés        publicité

© ENR & DD Magazine - Tous droits réservés  - Paiements sécurisés CB & Paypal